jeudi 2 octobre 2014

Un retour en poésie...

Bonjour à tous !

Alors qu'on est désormais bien éloigné du farniente des vacances, on commence à prendre le rythme du travail, à saisir le pli et à voguer plus ou moins confortablement de jour en jour.

Alors que je débute la vie professionnelle, je me laisse quand même le temps à l'écriture. Et si je n'ai ni l'envie ni la tête à écrire des textes et de la fiction plutôt costaud en terme d'investissement, je me suis laissé emporter par l'écriture poétique en tentant une nouvelle forme.

Comme les choses n'arrivent jamais de façon plate, comme tout est en relief, j'ai souhaité tenter une écriture qui joue justement avec ces multiples dimensions. De fait, j'ai séparé ma page, et j'ai écrit aussi bien d'un côté que de l'autre. On peut lire ceci de gauche à droite, sans prendre en compte la segmentation, ou bien ne lire que la partie droite, puis que la partie gauche. Ou encore, comme la partie gauche contient des phrases, lire cette phrase et basculer à droite, etc.

Vous le comprenez, à l'instar des Contes urbains, je propose quelque chose où la lecture peut se faire dans plusieurs directions. Si, pour le moment, j'en suis encore à une phase d'expérimentation et de recherches, j'espère parvenir au but que je me suis fixer : rendre, avec cette organisation, un texte qui donne dans la musicalité, où chaque segment fonctionne comme une piste. Ainsi, toutes ces pistes feraient une musique.

En attendant, je vous présente un texte soumis en avant-première sur ma page : Avance et va.

Cliquez dessus pour voir le texte en plus grand.

5 commentaires:

  1. En y repensant, c'est l'une des rares fois où je vois quelqu'un faire un écrit sous cette forme ! C'est pas banal, et en plus le contenu est là, c'est beau !

    RépondreSupprimer
  2. Pour avoir lu beaucoup de poésie, surtout des formes qui sortent de l'ordinaire avec des aspects plus libres, je ne crois pas avoir vu ça non plus.
    Sur la poésie contemporaine, c'est surtout la forme : des mots par-ci par-là avec gestion de l'espace. Par exemple, mettre des mots en tout petit dans un coin pour signifier la fermeture, la timidité, l'introversion.
    Ou bien mettre INTROVERSION en énorme, au beau milieu de la page, pour signifier justement que le plus fanfaron n'est pas forcément ce qu'il prétend être.

    Ce sont des effets vus et revus, j'ai voulu justement éviter ça en changeant un peu le forme standard du poème, tout en ayant, comme tu le dis, un fond dense et complet que j'aime avoir en prose poétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, joué sur la typographie c'est assez courant, mais c'est vrai que cette disposition change du format standard !

      Ça fait très partition de musique en tout cas ~ ♪

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup les sonorités utilisées, les thématiques traitées. Le jeu sur la disposition des mots est très bien pensé aussi! Je trouve cette idée plus qu'originale et très bien exploitée!

    Je suis plutôt du genre sonnets, rondeaux, poésie classique, mais là, c'est un coup de coeur !

    RépondreSupprimer

Une réaction ? Un commentaire particulier ? Faîtes-moi savoir : partagez !