mercredi 29 juillet 2015

Tonton Death Metal et la société : Le déclin de jeuxvideo.com

 
Et cette citation n'aura jamais eu autant d'importance...

Bonjour à tous !

Sachez qu'initialement cet article n'était pas prévu. Mais quand on voit ce qui se passe sur Internet, on se dit que quelques chose ne va pas, et pour cause : le site jeuxvideo.com fait n'importe quoi ! Mais quoi, exactement ?

Souvenez-vous, j'avais évoque dans un article l'idée qu'il fallait prendre du recul avec certains média, et notamment leurs informations qui étaient plus que douteuses. J'avais pris pour exemple ce site généraliste sur les jeux vidéo qui s'était fait racheter par Webedia. Son président, un homme "charmant", affirmait que l'information n'était pas sa priorité, mais bel et bien le divertissement. Jeuxvideo.com, qui a toujours été un site d'informations sur le jeu vidéo, est donc devenu, même si la marche était déjà entamée, un site à buzz.
Ceci est montré dans la vidéo suivante, déjà publiée dans l'article signalé. Je rappelle que cette vidéo est orientée.



Autrement dit, ce site est une bouse infâme. Chaque nouvelle est rédigée dans le simple but de générer du clic : titre racoleur, peu de texte mais des vidéos et, surtout, une question pour terminer du type "Mais est-ce que Nintendo pourra se relever alors qu'ils ne jurent que sur Mario et Zelda ? Donnez votre avis dans les commentaires, car nous, on ne sait pas !" Ah ben oui, allons dans l'arbitraire, et nourrissons les trolls en tout genre en leur donnant leur pitance ! Voilà une bien piètre solution pour créer un débat stérile de 1000 commentaires sur une nouvelle qui, à la base, ne parlait pas de ça.
Ceci est une "dramatisation" pour montrer le vide du site, mais toutes les news sont comme ça. Concernant les tests, élément majeur du site, ceux-ci sont rédigés à la va-vite, souvent par des personnes qui n'ont pas de qualité de rédaction. On se retrouve donc avec des papiers de mauvaise qualité, ventant les jeux soutenus par des gros éditeurs. De manière générale, un gros jeu, en plus d'avoir une note honorable, aura un bandeau publicitaire absolument invasif. On jugera de la neutralité du propos.

Seulement, s'il n'y avait qu'un site à très faible teneur informative, je dirais : "Il y en a partout, de la désinformation !" Mais, là, nous touchons à un problème plus important. En effet, ce qui rattrapait jeuxvideo.com, c'étaient ses chroniques. Avec le véritable boost du 3615 Usul, qui comptabilisait 200 000 vues en quelques jours, ces chroniques sont devenus, pour moi et pour beaucoup, le rendez-vous à ne pas manquer. En gros, on ne vient que pour ça. Que ce soit Le Fond de l'affaire, After Bit, Speed Game, Looking For Games, l'offre est variée est diffuse dans le temps, car chaque chronique a son rythme et son jour de parution : on peut ainsi profiter d'analyses sur les secrets des jeux et leurs histoires liées au développement, des réflexions sur la musique dans le jeu vidéo, des commentaires de Speedrun et TAS ou des observations sur les MMO, les jeux en ligne massivement multijoueurs. 


Ces chroniques sont au plus bas. Pour la simple et bonne raison que jeuxvideo.com leur a posé un ultimatum : le site est déficitaire, et ce serait parce que les chroniques ne se renouvellent pas. Ils doivent trouver une nouvelle formule avant le 10 aout, ou bien leur contrat ne pourra pas être reconduit. Vous pouvez en apprendre davantage sur la première page de ce forum.
On est là dans des sommets de plaisanterie et de mauvaise foi. Ce site utilise un lecteur de vidéo calamiteux qui n'est pas stable : du coup, les personnes attendent qu'elles soient sur Youtube. La visibilité sur la page principale n'est assurée que pour trois heures, ce qui fait qu'une nouvelle vidéo ne reste pas longtemps dans une place privilégiée (alors que les vidéos types "Top 10" stériles et inintéressantes restent sur le devant de la scène plus longtemps). Ils affirment que les chroniques perdent en spectateurs, et que c'est de leur ressort de se renouveler. 
Sauf que, moi comme beaucoup d'internautes, je ne viens sur ce site que pour les chroniques qui sont de qualité et proposent un à côté au jeu vidéo simplement remarquable. Donc, non, les chroniques ne sont pas devenues "mauvaises et inintéressantes par manque de nouveauté". Il y a un véritable problème en interne, dans la logique même de l'entreprise.
Quand j'ai appris que les chroniqueurs d'After Bit n'étaient rémunérés qu'à hauteur de 450€ net pour les deux par mois, j'ai réagi : comment peut-on manquer de respect à ce point ? L'explication ? "Vous êtes sur un site majeur, une référence en la matière : vous devriez être contents d'avoir une visibilité chez nous." Mais où va-t-on ? Doit-on sous-payer des employés sous prétexte qu'ils font des contenus créatifs ? 
Nous avons là le noeud du problème : jeuxvideo.com est un site géré par des non-créatifs qui cherchent à divertir sans faire réfléchir, à amuser sans enseigner, à faire de l'éphémère, et qui sous traitent une production à des personnes passionnées et soucieuses de faire un boulot honnête et authentique. Sauf que ces non-créatifs ne comprennent pas une chose : si faire une chronique vidéo est une passion pour eux, cela reste leur métier. Aucun métier ne peut être rémunéré à 450€ ! Quelqu'un qui connaît le processus de création ne peut pas exiger 15 jours pour trouver une nouvelle formule pour une chronique : c'est impossible. La création ne peut pas être récompensée par la simple passion, et ne peut pas enfanter des idées géniales à la minute. On se retrouve avec le même regard qui est posé sur les artistes : pourquoi les payer, ils font leur passion ?! 500€ pour un dessin, allez, 20-30€ ça suffira, ce n'est qu'un dessin !



Avec ceci, et le manque de respect à l'égard des chroniqueurs qui ne reçoivent aucune réponse ni considération à leur égard, quand bien même ils permettent d'attirer des internautes plus exigeants que la simple personne voulant du buzz, jeuxvideo.com continue de décliner. Parce que si leur offre d'information est désormais à zéro au profit du sacro-saint divertissement, leur seule particularité par rapport aux chroniques commence à s'effriter. Ils malmènent ceux qui leur apportent une certaine "clientèle" habituée. Mais ce n'est pas cette cible qui intéresse les investisseurs. Ces habitués, comme je l'ai dit, sont exigeants, ils veulent du contenu qui aillent plus loin que la simple nourriture à trolls d'Internet. Ceci est une plaie pour l'image du site, car ile ne vont pas dans le sens du courant qu'ils imposent : leurs news sont faites pour gueuler, rager, critiquer, se moquer, le tout de manière stérile. Au diable la qualité pourvu qu'on ait le divertissement !
Ce site perd en humanité pour ne plus devenir qu'une machine à nourrir. Mais, tôt ou tard, les machines s'usent, et deviennent hors-service.

2 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord. Les sites à buzz vendent des stupidités et des stéréotypes à gogos et ils se mettent à appliquer ça partout, à court terme ça "marche" mais à long terme ça nuit à l'image de qualité d'un site.
    Ce site a depuis longtemps perdu de sa superbe avec un forum rempli de personnes limitées (on citera la vidéo traitée dans slg et sur les manières du viol "convenable"... MEH).
    Il y a une réelle éducation à faire dans le domaine du jeux vidéos car certains éditeurs de jeu cachent énormément de messages qui sont intéressants mais peu compris ... Et la transformation de jeuxvideos.com n'aide en rien. C'est un repère de troll et de jeunes qui se cherchent et tombent sur des stéréotypes.
    Crossed me manquent, mais je pense que l'avenir de ces chroniques va se faire via Tipeee, qui leur permettra d'être soutenu par leurs spectateurs et d'être certes au début moins rémunérés mais cela créé des communautés fidèles qui participent à l'édifice (voir le fossoyeur de films ...)
    C'est un peu comme le streaming, les entreprises paient peu, mais quand tu as une communauté qui soutient, cela marche parfois mieux que dans des structures. J'espère que ces chroniques pourront s'échapper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ;)
      Nous sommes dans un moment où l'indépendance peut faire la différence et peut vivre via des solutions alternatives. Concernant After Bit, je trouve leur décision courageuse car ils ont une fan base, mais ce n'est pas du rang de Usul. Qu'Usul décide de partir, à la limite ça m'a marqué mais pas non plus surpris (le Sympatox flairait bon le coup de fouet pour ramener sur le droit chemin). Là, c'est venu subitement !
      Mais ils parviendront à rebondir : ils sont engagés pour bosser pour l'OST d'un jeu. Ils ont du talent en dehors de la vidéo, donc ça devrait le faire ;)

      Supprimer

Une réaction ? Un commentaire particulier ? Faîtes-moi savoir : partagez !