dimanche 16 août 2015

Tonton Death Metal et la société : La démagogie, le retour

"Les humains détruisent le monde ... - Et que fais-tu contre ça, crétin ?!"
Bonjour à tous !

Tout d'abord, je tiens à m'excuser : je connais votre réaction à l'avance... "Encore la démagogie ? Il en a fait une série d'articles, et voilà qu'il n'en a pas assez ?!"
Eh bien pas vraiment. Je me suis retrouvé face à une situation qui nécessitait un éclaircissement, car elle est assez récurrente et symptomatique.
Au même titre que pour le "C'était mieux avant !", il y a énormément de pensées effectuées en raccourcis car admises par une certaine majorité. Outre cette phrase donc, ou le "La technologie c'est mal" et autres "Rien ne vaut la tradition !", nous allons décortiquer une autre démagogie.

Les hommes, c'est le virus du monde.

Voici la situation : plusieurs années après la catastrophe de Fukushima, un reporter a pris des photo de fleurs ayant subies des mutations génétiques à cause des particules radioactives présentes en trop grande quantité dans cette région. Face à cet article partagé sur Facebook, la crème de la pensée philosophique de bas-étage se bouscule pour marquer d'une grande sagesse inédite la pensée collective.
Bravo, cher anonyme, tu as marqué mon attention avec ceci :

"Ça fait comme des jumelles collées par la têtes chez les êtres humains l'homme s'auto-détruit après devant les catastrophes qu'il a engendrées il remet la faute sur le tout puissant qu'alors à la base la terre et la nature étaient parfaites je crois le problème et le poison de l'univers c'est l'être humain?"

Et me vient cette réaction, résumée en un meme :


Soyons clairs tout de suite : je ne souhaite la mort de personne. Et même si mes réactions sont parfois vives sur mes articles, je prends soin de rester le plus distant possible.
Pourquoi ce "Please, kill yourself" ? Parce que la première réaction qui me vient en lisant ce genre d'inepties, c'est que, si l'homme est la plaie du monde, et que tu te dis vrai défenseur de la Terre, que fais-tu réellement ? J'y reviendrai plus tard mais, si tu te contentes de cracher ton venin sur Facebook pour te donner bonne conscience façon Papy Démago, du style "ah j'ai fait ma bonne action en partageant ce message !", alors tu fais partie de cette masse que tu critiques : celle qui voit les dégâts mais ne se bouge pas pour arranger les choses.
En gros, tu fais partie de cette plaie. Si vraiment tu veux arranger tout ça, commence tout de suite : achève-toi.
Bien entendu, je ne pense absolument pas cela, c'est de la provocation.

Cette provocation me permet de dire que cette pensée  du "l'homme est destructeur, on doit le détruire pour sauver le monde" est non-valable. Pourtant, je l'ai eue moi aussi, cette pensée ! Adolescent, j'estimais que rien n'était fait pour la sauvegarde, et je tentais au mieux de limiter mon impact négatif autour de moi. J'avais une haine du règne humain. Mais ça ne tient pas debout : la colère appelle la colère.
Par ailleurs, autre point important, j'idéalisais la nature comme seule source de bonté. Seulement, il faut cesser de voir la nature comme quelque chose de tout rose et de tout mignon, avec que de la gentillesse et de l'amour entre les animaux bien gentils dans leur coin avant que vienne la peste humaine. Oui, l'action de l'homme a des conséquences néfastes sur l'écosystème, parce que son action se fait à grande échelle. Mais savez-vous que le bouse de vache est hautement toxique ? Et, même si c'est un engrais, le fait même d'engraisser la terre avec des substances qui, à la base, ne sont pas là, modifient l'écosystème en ajoutant des éléments. Va-t-on condamner toute la race bovine, ou va-t-elle elle même se condamner, parce qu'elle chie la toxicité ?

Le règne animal n'est pas écologique et mignon. Ce système de pensée de "l'homme est mauvais, la nature est seule valeur de paix" provient de plusieurs facteurs :
- la condamnation de l'homme inhérente à la culture chrétienne occidentale, qui situe l'homme comme pêcheur, lequel s'est détourné de la loi de Dieu, donc d'une loi issue d'une force le dépassant (autrement dit, le temps et l'univers)

Salvador Dali, Corpus Hypercubus
- l'humanisme et la pensée notamment diffusée par Rousseau de "l'état de nature", à comprendre que l'homme revenu à cet état de libération des dogmes d'une société humaine qui a échoué serait à même d'être dans son essence d'être vivant : "Jamais la nature ne nous trompe ; c'est toujours nous qui nous trompons" a-t-il affirmé. Selon lui, l'homme doit s'affranchir des règles artificielles forgées au fil des siècles. L'état social en soi ne serait pas un mal, mais l'homme l'aurait corrompu.

Jean-Jacques Rousseau
- les gouvernements et leur tactique de repousser la poussière sous le tapis : ce sont eux qui décident si oui ou non on fait la transition énergétique, si on investit les capitaux dans tels ou tels projets ou bien si on donne un coup de pouce à des entreprises. De fait, s'il y a délocalisations de production, non-réglementation des émissions polluantes par les entreprises et tout le reste qui n'est pas écologique (comme les multiples scandales et mensonges autour du nucléaire), c'est parce qu'il y a l'aval des gouvernements. Cependant, ce sont ces mêmes gouvernements qui vont faire l'injonction aux citoyens : "La planète va mal : si vous ne faîtes rien, on va mourir." Oui, je veux bien. Mais je coupe le robinet d'eau le plus souvent possible, je régule ma consommation d'électricité en prévoyant l'arrêt de ma plaque-chauffante pour que la déperdition de chaleur serve à terminer de cuire mes plats, je marche très, très souvent (trajet de 4 km pour faire mes courses, eh ouais !), j'effectue le co-voiturage, je trie mes déchets etc. Et je m'entends toujours dire que la planète va mal et qu'à cause de moi on va tous crever. Alors que, derrière, les gens du gouvernement sont dans un bâtiment de luxe climatisé avec une nourriture qui nécessite bien plus d'électricité que j'en consomme pour écrire cet article (en comptant que je mange en rédigeant, donc je compte ma plaque-chauffante) tandis que tous leurs trajets se font en voiture elle-mêmes climatisées.
Et merde à la fin !


Vous comprenez qu'il y a un discours qui nous dépasse et qui se moque totalement de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. Il faut éduquer les citoyens aux bons gestes, les conduire à respecter l'écologie, l'environnement etc : ça, je suis d'accord. Mais à force de rabâcher ce même discours de "l'homme est un pêcheur qui de toute façon ne fait rien pour son salut", on en vient à se dire : "Le poison du monde, c'est l'homme."
A cela, qu'un seul truc à dire : tue-toi !

Ce radicalisme signale qu'on ne peut décemment pas tenir le discours que l'homme seul est source des maux du monde. Le règne animal a lui aussi son lot d'éléments peu mignons et gentils.
Dirty Biology est une chaîne Youtube intéressante, puisque le but de son créateur est de montrer que la nature, justement, n'est pas mignonne et pleine de bon sentiment. La nature, c'est sale, sans aucun ménagement envers ta petite personne. Sa vidéo sur le pénis dans le règne animal signale bien cette idée. 



Donc, en effet, l'homme a une action sur la nature, comme toute espèce. C'est vrai, il a la possibilité de modifier son comportement, d'être dans une démarche écologique et citoyenne, bien qu'il fasse des erreurs monstrueuses. Mais il faut cesser de blâmer à tout bout de champ et d'aller dans des extrêmes, car des messages sont diffusés pour créer ce mal-être. 
Par ailleurs, la Terre ira bien : si jamais il y a un problème majeur, l'ordre peut-être rétabli. Une catastrophe naturelle, on repart de zéro, et ça se relance. Ça prendrait certes plusieurs milliers d'années mais, in fine, la planète s'en sortirait. Souvenez-vous : "Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme."
Là, du coup, on a peur pour nos fesses. Mais la conscience écologique n'est pas une peur liée à la planète, mais bien une crainte égoïste : si la nature "va mal", cela veut dire qu'elle ne sera pas habitable pour les hommes. C'est ce qu'un scientifique a affirmé. Lorsqu'on parle de "catastrophe pour la Terre", il n'en est rien : une catastrophe ne l'est que pour l'homme. La Terre, elle, se régulera.
Je fais exprès d'aller dans cette direction, car je sais que certains se battent pour défendre des espèces en voie d'extinction à cause d'erreurs et de cruautés humaines (qui se font aussi entre animaux, les cruautés etc). Seulement, au lieu de se plaindre, de dire que tout va mal, que la plaie c'est nous-même, ne faudrait-il pas quitter son clavier, cesser de dire, et enfin agir ?
Vous me direz : "Ouais, mais toi ? Tu dis, tu dis, mais tu es quand même sur ton PC à dire tout ça hein !" Sauf que, moi, je ne me reproche rien : à mon sens, je fais le maximum, je suis les consignes, j'essaie d'agir le mieux possible. Et c'est ceci, la démarche qui, je pense, est la plus appropriée. Bien plus en tout cas de répéter un milliard de fois par voix interposées : "Le monde va mourir à cause de l'homme !"
Et ainsi signaler les ravages sur l'écologie via un ordinateur (sans doute portable) qui a un impact énergétique assez mauvais sur le monde que tu dis "vouloir défendre" avec des idées dépassées et démesurées.


"Je ne me plains pas souvent de quelque chose, mais quand je le fais, je n'effectue rien pour arranger les choses."

Tu veux vraiment être dans une vie avec aucun impact, selon une vue de l'esprit et une idéalisation de la nature ? Alors donne t'en les moyens, et fonce. Commence par te défaire de ton ordinateur et de ton téléphone portable : ce sont des plaies à recycler, et, niveau environnement, leur construction et leur acheminement sont polluants.
Tu te dis que tu es retenu par des impératifs ou que, en fin de compte, ta vie te plaît bien comme elle est en ce moment ? N'aie pas honte. Mais ne joue pas les extrémistes du dimanche, avec une pseudo-lutte sur des commentaires Facebook. Vis convenablement, limite les comportements idiots. Ne laisse pas d'appareils en veille, éteins les lumières etc etc. En gros, suis des consignes, et cesse d'être hypocrite par une démagogie qui ne dépend pas de toi.
Vis et respecte. Mieux avoir une éthique que suivre la démagogie. 

Et retour sur un autre élément de société : "Je suis Charlie" et la liberté d'opinion.

1 commentaire:

  1. Le meme "please kill yourself" est juste MERVEILLEUX. Je vais en avoir besoin je crois pour certaines occasions !

    Ça me rappelle un épisode d'X files (je me suis refais toutes les saisons en Italie), où justement Mulder expliquait la férocité et la violence de la nature qui n'est pas QUE belle, bien pensée, mignonne et tout ... et justement cette thématique revient très souvent dans les épisodes quand il s'agit de mutation génétiques, de croisement, de virus bactériologique, d'évolution ...

    RépondreSupprimer

Une réaction ? Un commentaire particulier ? Faîtes-moi savoir : partagez !