samedi 5 mars 2016

Tonton Death Metal et la société : Le phénomène "Saviez-vous que ?"

Certains aiment mettre de l'huile sur le feu.
 
Bonjour à tous !

Vous le savez très bien, on le dit souvent, on l'entend autour de nous, c'est même ce que je partage comme avis : Internet est un outil formidable qui permet un tas de choses. Jamais avons-nous été aussi proches de toute une richesse culturelle. Nous pouvons nous informer, lire, écouter de la musique, se documenter, le tout en échangeant facilement avec des personnes éloignées...
Mais, vous l'avez vu, Internet reste un outil, comme une scie sauteuse en est un. Et si certains perdent leur main en utilisant n'importe comment leur scie, autant vous dire que, pour le web, les dégâts sont nombreux.

Une des nombreuses plaies que l'on peut retrouver, c'est la diffusion d'une démagogie de bas-étage. Celle qui veut faire passer des vessies pour des lanternes ou bien engranger le plus de buzz. Internet est visible par tous, il faut donc que le plus grand nombre voie ce que je produis.
C'est ainsi que nous arrivons à parler du dernier virus actuel : les "Saviez-vous que ?".

Quand une image ne vaut pas mille mots...

Véritable phénomène des réseaux sociaux, les "Saviez-vous que ?" sont des publications qui ont pour but d'enseigner quelque chose aux internautes désœuvrés en quête de quelque chose. Anecdotes scientifiques ou historiques, trivias (ou faits étranges) sur des thèmes divers, tout est fait pour accrocher celui qui s'ennuie. Ça se présente en une image, sur laquelle apparaît un texte court dont chaque mot doit interpeller : "Comment ? Mais c'est absolument fou, je dois partager ça !" est la réaction de base qui doit être suscitée par la lecture de ce message.
Vous allez me dire que si, finalement, c'est le texte le plus important, pourquoi y a-t-il une image ? Celle-ci est très importante : elle ne doit pas illustrer directement le texte, mais diriger vers un sens de lecture précis.

Car, oui, on dit souvent qu'une image vaut mieux qu'un long discours. Mais pas vraiment : illustrer, s'il n'y a aucun accompagnement, ça ne va pas. Le but est d'attraper l'internaute. Il voit une image d'une personne triste, la barbe. Il voit une image d'une personne triste avec marquée dessus : "Saviez-vous que si on peut soigner les blessures physiques, celles de l'âme mettent plus de temps à cicatriser ?", alors vous pouvez être sûrs que, dans la foulée, toutes les adolescentes un peu malheureuses vont diffuser ça en masse, accompagné d'un succulent : "Ah ouais trop vrai, tmtc ma besta ! Aime si tu ressens ça à chaque fois <3"
En fait, il faudrait ici reprendre la formule de Dream Theater sur "Metropolis part 1 : The Miracle and the Sleeper".

Somewhere, like a scene from a memory (Quelque part, tel un décor de souvenirs)
There is a picture wrote by a thousand words (Il y a une image peinte avec un millier de mots)

Oui, nous avons ici non pas une image au lieu d'un discours, mais une image faite pas des milliers de mots. Ces textes n'ont pas pour but de faire un beau discours, mais simplement de faire réagir. Pourquoi ? Voyons simplement quel est le contenu partagé par ces "Saviez-vous que ?".

Tu t'attendais à du gros contenu ?

Pas besoin de s'éterniser sur ce point-là. Le contenu est toujours le même : le texte, réduit au format d'un tweet de 140 signes, doit partager un message accrocheur. Cela peut-être sous l'angle scientifique, tel que prévu à l'origine.


Très bien, mais encore ? Je veux dire, on ne se base que sur l'expérience personnelle, ou autrement dit l'empirisme, mais à quoi ça sert de savoir ça ? Je ne suis pas à la course d'optimiser son temps en des choses strictement utiles, mais là niveau inutilité...



"D'après la psychologie" ? Quel psychologue, quel courant de pensées ? Et puis, pareil, ça se base sur des lieux communs : un meilleur ami qui vous dit "non franchement ça craint ce que tu fais" tu vas forcément te demander pourquoi il te dit ça. Tandis que si un inconnu vient et te dit que ce que tu fais est nul, tu prends du recul, c'est évident.



D'où sors-tu cette statistique ? A ce train-là, je peux en faire moi aussi !


Une image au pif en cherchant "sad people", et roule ma poule !

Mais vous comprenez rapidement le contenu qui est diffusé quand vous creusez un minimum.



En réalité, le "saviez-vous que ?" est une télé-réalité digne de NRJ 12 : c'est à destination des jeunes, plus particulièrement un public féminin. Car Internet pullule de messages de ce type, afin, sans doute, de faire réagir ces personnes derrière, à la manière de : "Ah mais ouais alors il doit trop m'aimer !"
On se croirait devant des spots publicitaires : "Est-ce qu'avec ton copain, c'est pour la vie ? Tape "4ever" au 72 600, nos conseillers te diront si oui ou non, lui et toi c'est pour toujours !"
 
Ces fameux conseillers... Les mêmes que ces "scientifiques" de "saviez-vous que ?"

Mais le contenu s'est diversifié, et on retrouve sur "Saviez-vous que ?" dans plusieurs domaines : sexe, jeu vidéo, sport, sciences etc. 


Et elles préfèrent des hommes baraqués, aussi, vu l'image..


Ceci était un message du lobby des préservatifs.


Bon, c'est bien de vouloir montrer que jouer, c'est bien. Mais ceux qui jouent à des jeux de stratégie, à des RPG, ou à ... Ah, mais non, vu l'image, c'est sans doute fait par des fans de Call of Duty ou Battlefield pour montrer que leur jeu, c'est pas de la merde.


Wouah, mais 92 minutes, c'est le temps d'une seule séance, et je fais trois séances par semaines : j'ai prolongé ma vie de 9 ans !
Et pourquoi 92 ?


Un conseil : si Internet vous dit de vous mettre dans une position pour n'importe quoi, ne le faîtes pas. Demandez conseil à votre médecin, on le sait tous : Doctissimo m'a tuer.


 Le sport aide à accélérer le temps ? Oublions la DeLorean alors !
Crétin, c'est juste que la musique permet de se focaliser, rien d'extraordinaire avec ça.


Il y a même des parodies avec "Le Saviez-tu ?"



Quand le divertissement vide veut devenir revendicateur

Ce n'est pas un secret, et sans doute vous n'aviez pas à voir cet article pour le savoir : ces images n'ont pas pour but d'enseigner quoi que ce soit. On est dans du divertissement digne des programmes qui passent l'après-midi sur des chaînes grand public. Il n'y a, à aucun moment, un objectif réel, si ce n'est celui de faire le buzz. Il faut que ça fasse réagir, sans aller plus loin.

Seulement, que se passe-t-il lorsque le message contenu veut vouloir défendre une cause ?
Essayez d'imaginer si l'émission de base de NRJ 12, MCM, W9 ou le Secret Story de base souhaite, par son programme, dénoncer le système capitalise ? Ce serait subversif, oui, car ces émissions dépendent de ce système. Mais ce serait surtout extrêmement maladroit, puisque le but n'est pas d'être dans l'intelligence et le fait de réveiller les consciences, mais bien d'endormir, d'occuper en mettant le spectateur dans une stase, une paralysie bienheureuse. 
Alors qu'en est-il quand ces images défendent... Disons... Les inégalités homme-femme ? 


Alors, là, on est dans une maladresse sans nom...
Pour tout vous dire, cette image m'a été transmise par ma sœur, qui gère le blog Minoah. Elle m'a demandé ce que j'en pensais, car cette image a beaucoup fait réagir la communauté qui la suit. 
Sincèrement, j'estime qu'on atteint là les limites à ne pas franchir.
Quand on est dans un format Tweet, la revendication peut se faire si elle est intelligente. Ici, elle prend hélas la forme standard des "Saviez-vous que" : image mièvre, texte général qui n'informe rien, qui ne contient aucune source. C'est comme la vieille Micheline du bureau qui viendrait, mal réveillée, et dirait :
 "Ah mais de toute façon, tout fout le camp hein ! Si on faisait plus de billets dans les banques, on n'aurait plus de pauvres. Ah mais oui je pourrais leur envoyer de l'argent, mais on sait pas où ça part hein. Alors envoyer ou pas, ça change rien. Et puis, de toute façon, on sait toutes que ce sont des hommes qui s'occupent de ça et les hommes, c'est des cons. Ils ne font rien. Ah mais moi j'vois à la maison : il fait rien mon Jean-Pierre !"

Que contient donc cette image de si nuisible ?
Outre son inutilité évidente (pourquoi entretenir une guerre des sexes à savoir "qui c'est qui qui fait le plus" ?), nous nous trouvons ici dans les bas-fonds des objectifs qu'on peut avoir : la quête du buzz est évident. Face à ça, il y aura des réactions de toutes parts :
- les hommes vont dire, pour réagir à une certaine tendance au féminisme : "Ouais, on parle toujours des mères, mais nous, hein, les hommes, on s'occupe de tout un tas de choses ! Sans nous, elles seraient bien dans la merde !"
- les femmes, quant à elles, iront de leur petit témoignage. "Ah mais non moi j'ai trop de chance avec mon minou, il fait plein de choses je suis comblée et ça se passe trop bien" ou "Mais c'est quoi ce message ?! Les hommes qui se tuent au travail, et nous, alors ? On ne bosse pas, c'est ça ?"

Ce message est extrêmement maladroit : il situe l'homme comme victime et la femme en tant que sangsue égocentrique, qui veut attirer sur elle toute l'attention du monde. On est dans une forme de revendication inversée. Durant les années 80-90 et après, il a fallu montrer que la mère était une femme active. On a eu plusieurs modèles à la télé ou au cinéma de femmes fortes et indépendantes (je pense au personnage de Kill Bill, hyper balèze). Les émissions de télé-réalité ou de jeux télé ont aussi présenté des femmes qui travaillent. 
Aujourd'hui, il semblerait qu'on fasse la même chose, mais pour les hommes. Au lieu des femmes, ce sont eux qui font tout en silence : travail, éducation, ménage, cuisine etc. Comme si la femme ne foutait rien !
Au-delà de tout, cette image me semble réductrice et ridicule. Car, en plus de relance une animosité sans raison, elle met également une pression sur les hommes. S'ils ne suivent pas ce modèle de l'homme entièrement dévoué qui fait absolument tout, autrement dit si l'ensemble du foyer ne dépend pas de lui, alors ils ne sont pas de vrais hommes.
Elle est aussi sexiste car elle écrase la femme et la place bourreau ; démago' puisqu'elle ne fait que surfer sur une tendance à vouloir signifier que l'homme doit suivre un modèle. Inutile et basée sur rien, cette image, comme toutes les "Saviez-vous que", doit suivre la même direction : la poubelle.
C'est un divertissement kleenex, ni plus ni moins. Il n'y a aucun mal à cela : zapper et tomber sur une émission débile, ça fait du bien. Couper les circuits et laisser tout en veille, ça permet de bien décompresser. Mais vouloir écrire un pamphlet sur un timbre-poste, c'est tout simplement une erreur monumentale, ça nécessite un réel esprit d'analyse, une volonté de faire bouger les choses.
Sauf que, dans ce cas précis, ces images ne sont pas faites sous cet objectif. Si tu veux divertir, si tu veux du buzz, reste sur du contenu simple et non-revendicatif.
Si tu veux faire passer un message et interroger les personnes, alors fais preuve de créativité, et bosse ton sujet.

Et, enfin, en tant que spectateurs, comme toujours : prenez du recul. "Internet, c'est avoir toute la sagesse et toute la bassesse du monde au bout des doigts", comme l'a dit Usul.

Pour clore cet article, je vous invite chaudement à regarder cette chronique vidéo qui traite du phénomène "Saviez-vous que" d'une très bonne façon ! J'en profite pour souhaiter une excellente semaine, et vous annoncer que Berserker est disponible gratuitement jusqu'au 8 mars 2016 sur Kindle : profitez-en !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une réaction ? Un commentaire particulier ? Faîtes-moi savoir : partagez !